Droit d’expression à la chinoise.

7 avril 2008

C’est plié, la flamme arrivera en bus au stade Charlety où les forces de l’ordre françaises interdisent tout drapeau tibétain ou toute banderolle contestataire. Je croyais que nous vivions dans une démocratie. Drapeaux, banderolles, rien qui tue. Seuls le drapeau de la République Démocratique de Chine est autorisé devant le comité olympique français. Cela a une nom : Collaboration. Les autorités françaises pouvaient au moins tolérer la contestation. Nous voyons qu’il n’en est rien.

Courroux chinois

7 avril 2008

Paf ! Paris est puni, la flamme ne s’est pas arrêtée à l’Hôtel de ville. Elle n’est même passée devant. La réception est donc annulée par décision es autorités chinoises. Denis Beaupin était pourtant à une fenêtre avec son drapeau tibetain. Maintenant le parcours de la flamme est très incertain. A cette heure elle est paumée quelque part dans la ville, pas du tout où elle devrait être. Arrivera-t-elle à Charlety ? Suspens…

Farniente dans le Golf d’Aden.Erratum.

7 avril 2008

Le Ponant n’avait pas de riches passagers à bord mais trente membres d’équipage, tous rejoignaient la Méditerranée via la Mer Rouge et le canal de Suez. Félicitations à l’armateur CMA-CGM pour le soin qu’il prend de la sécurité de ses employés.

Farniente dans le Golf d’Aden.

7 avril 2008

C’est bien une idée de riche que de faire une croisère de grand luxe dans le Golf d’Aden, l’un des endroits les plus dangereux du monde, où les pirates pullulent. C’est tout-à-fait connu et déconseillé. Trente otages sur le Ponant donc. Et trois bâtiments de guerre (français, anglais et américain) sont alentours. C’est très cher, même pour des gens très riches et inconséquents.

Non loin de là, à Djibouti, 5 français sont arrêtés pour pédophilie. Ah les beaux hasards de l’Afrique…

La flamme fait pschit.

7 avril 2008

La flamme s’est donc éteinte. Raisons techniques dixit la Préfecture. En attendant plus d’images en direct au moment où ces lignes s’écrivent. Assez chinois comme liberté de l’info. Il faut dire que la cérémonie n’est pas des plus chaleureuse. Les services (secrets) chinois dits « olympiques » en survêtements qui encadrent la flamme sont plutôt ombrageux, y compris avec le pourtant brave David Douillet. A leur décharge, il y a de quoi. Sûr que la France va être punie. Ce que ne sous savons pas, c’est comment. Pour la Chine, la France ce n’est pas grand-chose. Donc la télé chinoise ne fera pas la moindre allusion aux incidents de Paris et de Londres et continuera à arrêter tout dissident et pas seulement tibètain. Plus les jeux approchent plus les droits de l’homme comme on dit seront bafoués par Pékin. Le monde de Nike et de Coca Cola ne dira mot. A vous San Francisco, à vous Buenos Aires.

Pekin en flamme

7 avril 2008

Londres a fait un bel accueil à la flamme olympique. Un beau bordel. Paris se prépare. Sera-ce aussi bien ? Tout cela est un exellent message aux autorités chinoises. Il faut pourtant savoir qu’en terme de nationalisme, les serbes sont des amateurs comparés aux habitants de l’empire du milieu. Et qu’il est fort probable qu’il ne verront rien de ce qui se passe sur la longue marche olympique. Pas d’illusions donc. Mais il est bon que le gouvernement chinois sache que le monde ne se laisse pas complètement faire.

Mais où est passé Bob ?

4 avril 2008

Long, très long le dépouillement du scrutin au Zimbabwe. Robert Mugabe doit négocier à mort son départ. La bonne nouvelle c’est qu’il envisage de partir ce qui est nouveau. Mais rien n’est réglé : la police et l’armée ont beaucoup à se reprocher. La paix civile n’est donc pas garantie. Attendons….

BONGO !

3 avril 2008

A la suite d’une enquête sur les patrimoine de cinq chefs d’Etat africains publiée par le Monde du 1er Février, le quotidien en date du 4 Avril 2008 publie la réponse suivante de la présidence du Gabon :

(…) Faut-il rappeler que la plupart des propriétés du Président Omar Bongo Ondimba en France ont été acquises de longue date et que certains des immeubles dont il est question sont la propriété de membres de sa famille, lesquels les ont acquis grâce à des revenus provenant d’activités professionnelles sans lien avec la gestion des ressources de l’Etat Gabonais*.

  En faisant référence à l’Office pour la répression de la grande délinquance financière, votre article ne suggère-t-il pas que le Omar Bongo Ondima serait un grand délinquant financier ? Supposition éminemment outrageante, cela va sans dire*.

  Nous avons vu souvent la presse française commenter avec une complaisance enjouée les acquisitions immobilières de souverains et princes de certains pays du golf Persique, ou de certains oligarques russes. Nous constatons que dès qu’il s’agit de l’Afrique, on se permet des audaces les plus délirantes, en commettant les dénis les plus cyniques de notre souveraineté et de notre dignité*(…)

* Souligné par le Blog

 Pour les connaisseurs de l’Afrique et la « françafrique »: rions un peu…

ALITALIA

3 avril 2008

Jean-Cyril Spinetta doit-être bien soulagé. Les syndicats d’Alitalia ont refusé l’offre d’Air France-KLM pour le rachat de la compagnie italienne. Spinetta y était allé à reculons et les conditions de reprise ne pouvaient être que drastiques compte-tenu des pertes et des dettes abyssales que traîne le transporteur transalpin. D’ailleurs l’action AF-KLM faisait un peu de yoyo depuis l’annonce rachat. La confiance, pour le moins, ne régnait pas. Mais bon il y avait peut-être quelque chose à faire… C’est non, c’est plié, Alitalia garde ses dettes et son déficit de 180 millions euros par jour. Peut-être (c’est une pure hypothèse), est-il plus intéressant pour le personnel d’être victimes d’une faillite que d’un rachat. Auquel cas on peut comprendre. Il serait naïf de croire de Silvio Berlusconi arrivera à encourager des vocations italo-italiennes pour sauver Alitalia. Mais avant une élection on peut toujours le dire. Il paraît que l’ex et futur président du Conseil a été au pouvoir, et qu Alitalia allait déjà assez mal… Les italiens vont donc continuer à voyager via Londres, Amsterdam, Frankfort ou Paris. Mais nous irons toujours visiter avec bonheur la sublime Italie.

Ingrid B.

2 avril 2008

Sonne à nouveau le tocsin. Plus le temps passe, plus l’alerte devient sérieuse. Voilà maintenant 6 ans qu’Ingrid s’en est allée au devant des FARCS. Sénatrice, candidate à l’élection présidentielle contre Uribe (l’actuel président), elle considèrait qu’il était de la moindre des choses qu’il n’y est pas d’endroits interdits en Colombie pour un élu, et encore moins pour une candidate à la présidence de la République ; qui avait, au  demeurant, des chances d’être élue. Malgré les alertes, elle a pénétré dans la zone interdite accompagnée de son assistante Clara Rojas, aujourd’hui libérée. Ingrid était prête à tout. Ce qui devait arriver arriva donc. Aujourd’hui qu’en est-il ? L’action française, aiguillonnée par les enfants d’ Ingrid donna une valeur particulière à cette otage. Les Farcs ne manquèrent  pas de l’instrumentaliser. Et maintenant ? Il est difficile de se faire une opinion, de ne pas sentir manipuler. Par des enfants désespérés, par les Farcs, par le gouvernement colombien, peut-être même par Ingrid B. Les documents retrouvés dans l’ordinateur d’un négociateur des Farcs, Raul Reyes, qui semblait indiquer qu’elle était une otage indocile, déterminée. Qu’a-t-elle décidé pour elle-même ? A-t-elle décidé d’enlever aux Farcs un objet bien pratique pour une chantage étant entendu qu’il n’est pour elle et pour l’instant pas question de rançon ? Les vieux tarés de la jungle sont bien coincés. Une ingrid morte ne les avancera à rien et les fera replonger dans l’indifférence internationale. Une Ingrid vivante et nous continuerons a entendre parler de ces pathétiques guerilleros d’un autre âge et sur le déclin. Ils participent en tout état de cause à donner une stature au très discutable président Alvaro Uribe, populairissime dans son pays, pour avoir réussi, par la grâce d’un régime quasi-militaire, à rendre un peu de calme aux colombiens. Enfin une Ingrid malade. C’est crédible, c’est probable. Mais d’où viennent ces infos qu’on nous donne, jamais vraiment « sourcées », et qui font réagir Nicolas Sarkosy. Que sait-il de plus ? Que font le Venezuela, l’Escuador ? Uribe a-t-il vraiment le désir de voir revenir une femme qui, si elle revient, est bien capable de se présenter contre lui à la prochaine élection présidentielle, sainte et martyre ?

12345