Mais où est passé Bob ?(suite)

Un mois pour le dépouillement des élections au Zimbabwe. Le recomptage ne donne pas de meilleurs résultats au bon Robert Mugabe. Mais cette fois les pays d’Afrique, habituellement indulgents envers le dictateur, commencent à vraiment faire pression sur celui-ci. Pourtant un mois, c’est bon à prendre ; cela permet de mener un campagne d’intimidation d’une rare violence sur la population, en vue d’un deuxième tour que rien ne permet de justifier, en l’état actuel des informations qui parviennent aux média. L’idée c’est de dire aux électeurs : nous savons pour qui vous avez voté, vous pouvez le payer. Heureusement la Chine a renoncé  à une livraison d’armes à l’armée de Mugabe, ce qui aurait permis un répression sanglante. Rien, cependant, ne permet aujourd’hui d’être optimiste.

Laisser un commentaire